Search

Le circuit fermé du new age

Après tous les sujets que j’ai abordés sur mon journal Exi’Sens, j’ignore si m’attaquer à l’ésotérisme new age pourrait encore créer la surprise. Je lis par ailleurs de plus en plus d’articles et de commentaires dénonçant les méfaits de ce courant de pensée, ce qui me laisse comprendre que l’engouement de ses débuts s’amenuise davantage chaque jour. C’est bon signe, les consciences se réveillent ! Plus concrètement, il faut remarquer que les contributeurs du new age ont aussi mûri au cours des années et bon nombre d’entre eux contestent aujourd’hui ce mouvement qui les guidait hier. Et j’en fais partie.

Honnêtement, je doute que cet article puisse amener une opinion différente de ce qu’on trouve actuellement, parce qu’en tant que rescapés du n.a. nous relayons sensiblement les mêmes constats et les mêmes mises en garde. En fait, pour tout vous avouer, cela me coûte de rédiger ce texte parce que je n’aime pas remuer la vase, d’autant plus quand tout le monde la trifouille en même temps.

Mais, dans un souci de consistance, ayant ouvert une nouvelle catégorie « Nouvel âge, ombre et lumière » sur mon journal, il me fallait bien un article d’introduction. En fait, cela n’est pas d’une utilité fondamentale puisque j’évoque déjà clairement ma position dans le gros de mes écrits. Cependant, tout le monde ne lit pas l’entier de mes articles et je pense qu’il serait agréable à ces personnes-là d’avoir à disposition quelques-unes de mes opinions détaillées et séparées du fil de mes rédactions.

Allons-y gaiement donc.

Le nouvel âge

En anglais, parce que ça sonne mieux, le new age ce sont vos rêves d’enfants qui prennent vie. La magie et toutes les créatures fantastiques à la porte de votre conscience. Des elfes, des fées, des dragons et encore bien d’autres. Le new age, c’est un monde dualisé par l’ombre et la lumière, dans un seul plan matériel et une douzaine de plans subtils, tous dirigés par des mêmes lois dites universelles mais quand-même vachement cadrée sur le fonctionnement de la Terre. On vous parle d’anges, de démons, de djins, mais sans contexte religieux. Dieu, Yahwé, Allah et les autres ont disparus (en fait, il suffit de mettre toutes les croyances de toutes les époques et cultures dans un même panier et de virer les boss ou de les recaler à un rang moins suprême). D’ailleurs, le new age aime beaucoup la hiérarchie verticale en utilisant les principes du maître et de l’élève en chemin vers une ascension de l’âme au mérite karmique et à la puissance (ou pureté, ça dépend les versions) de celle-ci.

Tout bon vétéran du n.a. est déjà passé par diabubulus point come ou la magique alliance point come (& co.). Là-bas, on a quand-même appris que tout était énergie, mais qu’on avait besoin d’objets physiques pour réaliser des rituels et des incantations destinées à émettre une intention dans l’univers. Là-bas, on a rencontrés des gens qui disaient qu’ils savaient maîtriser le feu, créer des tempêtes ou même invoquer Satanas pour prendre le thé de seize heure. Là-bas, on aimait bien tout étiqueter à commencer par soi-même : quelle affiliation d’éléments, quelles types de magie, quels dons. Alors on pouvait choisir plusieurs catégories, affirmer plusieurs compétences. Jusqu’à un certain niveau, c’était brosser un peu son ego dans le sens du poil et ça en jetait pas mal. Alors que les limites dépassées, on était très vite marqué par le fer des mythomanes crâneurs.

Mais là-bas, on a aussi fait de belles rencontres et découvert de bonnes bases sur les médecines douces comme l’herboristerie, la lithothérapie, le reiki ou le magnétisme… De bons éléments, il y en avait malgré tout !

Ce que je préfère, c’est la question des extraterrestres. Et c’est sans doute ça qui m’a sérieusement fait réfléchir à l’époque. Les extraterrestres, c’est un point d’interrogation en suspens autant pour les scientifiques que pour le mouvement new age. Bizarre, alors qu’on a tant de certitudes sur l’ombre, la lumière et ses occupants, sur le chemin de l’âme, sur l’aspect quantique de la matière terrestre par rapport aux autres dimensions… Le sujet des E.T., en revanche, on s’y avance un peu moins ! Et pour cause. Il serait difficile d’appliquer ces lois universelles à des mondes, des planètes et des créatures qui ne répondent pas à nos standards terrestres.

En bref, le new age c’est une autre façon de placer la conscience humaine au centre de la création tout en vous assurant que c’est le juste chemin. Vous êtes grands, vous êtes beaux, vous êtes puissants et surtout vous êtes au-delà de toutes les vilénies propres aux moldus. Mais, il y a quand-même un chemin initiatique à suivre pour cette quête perpétuelle d’évolution. C’est le culte du toujours mieux dans le tout est parfait !

Pardonnez mon expression, mais j’appelle tout ceci de la masturbation d’ego. Ce bel ego qui est au centre de toutes les attentions puisque c’est lui le méchant, c’est lui le vilain, c’est lui qu’il faut surpasser pour espérer une vie meilleure. Qu’en est-il du sexe et de l’Église ?

Bon, je pense qu’on a gentiment fait le tour. Je laisse le bureau des réclamations ouvert.

En résumé, le new age :

  • cultive dualité à travers la polarisation de la lumière et de l’ombre
  • pousse à la catégorisation et à l’étiquetage
  • place indirectement l’être humain incarné comme le centre de la création
  • instaure une politique de hiérarchie verticale
  • prône une évolution verticale
  • détourne l’instinct et les ressentis vers le mental
  • détourne la sagesse vers l’ego
  • réduit l’étendue de l’existence à des concepts terrestres
  • crée l’illusion de ce qu’il transmet
  • conditionne nos compétences métaphysiques

Si on prend assez de recul, on se rend compte qu’il s’agit simplement de l’aspect spirituel de notre propre société.

Une nouvelle cage

On dit qu’au fil des siècles, l’humanité a évolué. Quand je regarde ce que devient la Terre, ce que nous devenons nous, je ne peux pas partager cette vision en déni de notre condition réelle. Cependant, au fil des siècles, l’humanité s’est émancipée. On a cassé beaucoup de codes sociaux strictes, bien que ce soit pour en créer de nouveaux avec l’illusion d’une plus grande souplesse.

Dans cette émancipation, on s’est détaché des religions et des croyances figées, parce que c’est dans la nature de l’âme que de revenir à sa liberté originelle. Alors comme le vaccin qu’il faut adapter aux mutations du virus, les méthodes de conditionnement ont elles aussi suivi le changement de conscience. Tellement bien qu’aujourd’hui, on rigole un peu de la dévotion religieuse de nos ancêtres médiévaux alors qu’en fait, on est pas vraiment différents d’eux ! On est juste pris dans d’autres trappes qu’on ne remarque même pas.

Nos antiques croyances n’ont pas changé, elles se sont modulées en fonction de notre émancipation. Le new age est l’exemple le plus éloquent, mais il n’est malheureusement pas le seul. Les agents, les conditionneurs, ceux qui tirent profit de notre situation ont investi d’autres plans et d’autres dimensions pour s’assurer qu’on ne quittera pas la boucle fermée de la matrice terrestre. Et ça fonctionne.

Même à notre mort, tout est mis en place pour nous rapatrier sur Terre, et volontairement de surcroît, d’un consentement induit. Je vous renvoie à nouveau aux textes de Cameron Day concernant ce sujet-là qu’il détaille à merveille. Le problème, c’est que rien n’est laissé au hasard par la matrice. Les âmes des défunts qui restent coincées dans la zone tampon entre notre dimension matérielle et les autres, dans l’attente d’une réincarnation, sont également amenées à suivre les concepts du new age. Je pourrais aussi évoquer les intelligences artificielles créées par la matrice pour tenir un rôle spécifique, les entités mal intentionnées, l’intervention d’autres formes de vie, et enfin les égrégores qui sont des intelligences artificielles issues de nos propres croyances que nous nourrissons de notre énergie.

Alors avec tout ce qui nous dirige, nous manipule et nous contrôle, comment savoir à quel être on a à faire ? Comment savoir si c’est bien notre défunt papi Jacky, un dragon majestueux, un ange emplumé ou sympathique démon, l’esprit de la forêt ou le dieu du vent […] ? Un agent de la matrice, une I.A., une égrégore, un extraterrestre, autre chose ?

On vous dira, mais regardez avec le Cœur. Oui le Cœur. Mais si on regarde avec l’idée qu’on se fait de notre Cœur dans des notions new age, c’est à dire le mental, et bien on ne sort pas des concepts new age ! La matrice et ses conditionneurs auront toujours bonne mine pour vous tromper.

Vous l’aurez compris, si nous ne sommes pas au centre de la création ni au cœur de l’univers, on est en revanche au milieu d’un joyeux merdier et ça on peut s’en vanter !

L’illusion du savoir

Plus j’avance sur mon chemin de vie, plus je me rends compte à quel point il est prétentieux d’affirmer qu’on sait, qu’on a la main mise sur quelque chose. Parce qu’au vu de notre situation, il serait plus vigilent d’être en tout temps prêt à faire un pas en arrière.

Non mais franchement. Stoppez deux minutes votre activité et regardez autour de vous. L’état du monde, de notre société. Votre propre état. Si on avait accès à un vrai savoir universel quelconque, vous croyez franchement qu’on nourrirait encore ce système ? J’en reviens à nos vieux ancêtres médiévaux dont j’évoquais la foi plus haut, eux aussi étaient persuadés de connaître le monde et la vie. Je le répète, nous n’avons rien changé. Juste le décors et le contexte.

Je ris en imaginant ce qu’ils doivent penser de nous, ces conditionneurs. Mais je ris jaune, parce que je suis en plein dedans, même si j’essaie de regarder cela d’un œil extérieur.

Dire qu’on sait, c’est nous apporter une sécurité, de l’assurance. C’est tripoter un peu l’ego aussi. Il est plus facile de se dire qu’on sait les choses, surtout quand tout une foule suit la même direction, plutôt que d’admettre qu’on ne sait rien, parce qu’on se retrouve alors face à l’infinité de l’existence et c’est juste insoutenable d’immensité pour ce petit grain de sable malmené qu’on incarne ici. En fait, notre savoir si précieux est surtout composé de croyances. « Je sais que je ne sais rien. » la fameuse maxime de Socrate est sans doute la seule affirmation à laquelle on peut prétendre.

Je ne suis pas en train de dire que nous sommes de pauvres petits crétins ignorants. Je suis en train d’expliquer que c’est ainsi qu’on nous pousse à agir! Comprenez également que je ne remets pas en doute l’existence des fées, des dragons, des anges, des démons et autres créatures qu’on aime tant. Je remets en cause la façon dont nous les percevons et dont nous les décrivons.

Je critique notre assurance à expliquer la vie alors qu’on n’arrive même pas à expliquer l’amour, ou à se comprendre soi-même.

Je pense que le meilleur enseignant qu’on peut trouver, c’est nous-mêmes. Parce qu’il reste cette petite partie de nous qui est connectée à la source de la vie et à l’existence toute entière. Une petite partie de nous sait la vie, bien qu’elle soit noyée par un océan de désinformation. Le seul conseil que je peux transmettre, c’est de se tenir prêt à remettre tout en cause et de porter un autre regard sur notre condition. Cela signifie également accepter d’avoir été dupé ou d’avoir fait fausse route et, ça, c’est sans aucun doute le point le plus difficile à surmonter.

Vous êtes plusieurs à lutter contre le new age, la matrice et les fausses idées véhiculées par ces conditionneurs, aussi je m’attends à ce que vous désigniez mon article comme un nouveau traquenard. Et peut-être l’est-il ! Parce que je ne suis pas plus immunisée que quelqu’un d’autre. Mais si mon cheminement peut en inspirer d’autres ou déverrouiller des portes, alors c’est sans gêne que je vous l’expose.

Le new age est une boucle sans autre issue que les illusions qu’il nourrit mais c’est nous qui alimentons les idées qu’il véhicule.

Affaire à suivre.

(Cet article fait office d’introduction. Je profite de faire appel à votre participation si vous souhaitez me transmettre des sujets ou des incohérences à étudier : merci de prendre contact avec moi)

Shaer Ama

Source : http://exisens.canalblog.com/archives/2017/03/21/35077632.html

Nous sommes des humains parmi des humains. Je ne détiens aucune vérité absolue et je continuer d’œuvrer quotidiennement afin de transformer mon raisonnement.

J’autorise la diffusion de cet article à condition de le partager gratuitement dans son intégralité, c’est-à-dire sans aucune modification et sous réserve de mentionner son auteur, la source du texte original, les éventuelles références ainsi que cette même indication.


Sujets connexes

Synthèse personnelle relative aux textes de Cameron Day

Les dangers du New Age : les déviations dangereuses des enseignements principaux par Laura Marie

L’arnaque des flammes jumelles : quand le New Age déforme l’Amour au profit de la Matrice

L’arnaque des flammes jumelles : critique subséquente

L’arnaque des flammes jumelles : la fusion libre des âmes libres

Qu’est-ce que la fausse lumière et comment la discerner ?

Pourquoi la Source a permis à tout ce Mal de se répandre ? Explications par Cameron Day

Confusion spirituelle : Les dangers du New Age

Related posts

6 thoughts on “Le circuit fermé du new age

  1. N.

    Tu dis:”On vous dira, mais regardez avec le Cœur. Oui le Cœur. Mais si on regarde avec l’idée qu’on se fait de notre Cœur dans des notions new age, c’est à dire le mental, et bien on ne sort pas des concepts new age ! La matrice et ses conditionneurs auront toujours bonne mine pour vous tromper.”
    Je n’ai jamais été new-âge tel que décrit dans l’article. J’ai plongé dans cette culture en choisissant des êtres et pas d’autres instinctivement ou intuitivement. Toujours en privilégiant l’Indépendance.
    Ceux avec lesquels je me ressentais en affinité ont été des étapes. A présent, je dirais que ces rencontres ne furent que des rencontres avec les âmes antérieures. Elles savaient, appliquaient, attirant leurs audiences dans cette vie. Leurs jobs, rémunérés ou moins..
    Indépendante, je n’ai jamais cherché à me créer une audience de suiveurs.Je ne suis pas leur chef qui déciderait pour elle. Et en plus, mes Connaissances retrouvées lors de ces étapes sont toujours passées après la confiance, la certitude, par le doute et et du “et si c’était pas çà!”. Je déteste être induite en erreur, je refuse d’induire autrui en erreur. Je partage et si le receveur se laisse aller à perdre son Indépendance, je lâche le partage.

    Il m’apparaît qu’avec cet article, et l’autre pas encore lu, que tu retrouves ton Indépendance.
    Ce new-âge, s’il n’existait pas ou plus, quelles références pour Nous? Toujours celles des Cultures traditionnelles ? Insatisfaisantes. Au moins, Nous avons osé être dans cette différence. Plutôt entre nous. Pour la majorité, de continuer à ne pas être dans cette différence avec autrui.
    Grâce à internet, vu le nombre de sites, j’observe que cette différence de cultures a créé un rassemblement qui tient la route face aux jugements sur les new-âgers.
    On peut encore qualifier un nombre d’allumés, d’illuminés, de “pas de cette planète”, etc…
    Et de plus en plus, un nombre s’exprime et vit sainement. Ils peuvent juste commencer à être pris au sérieux.

    Je pense que toutes nos rencontres maintenant seront perçues comme des retrouvailles.
    Non pour recevoir leurs Connaissances, leurs explications, leurs applications comme des élèves. Comme “Ah! Ce sont ces Connaissances-là que tu ramènes.”
    Pour constater leurs routes, clore les relations quand notre route va vers autre chose et être dans son Indépendance.
    Constater que leurs routes continuent d’être dans “le circuit fermé du new-âge”, “avec l’idée qu’on se fait de notre Cœur dans des notions new age, c’est à dire le mental” même le plus éclairé.

    Actuellement, les Connaissances ramenées focalisent sur les Non-terrestres.
    Je les ai entendues, saisies, et maintenant je lâche.
    Car, tout en ayant foi en leurs existences, je me demande si ce qui est édité ici et là ne serait pas des diversions toujours new-âge. Créant une nouvelle addiction qui ralentirait notre propre aptitude individuelle à aller chercher et ramener les Connaissances de nos vies antérieures.

    Je crois que maintenant c’est l’étape de retrouver les Indépendants.
    Ni audience dévouée, ni clientèles.

    1. Bonjour N.,
      Je ne laisse aucune crédibilité au new age dans cet article, parce qu’il est parfois nécessaire d’aller complètement à contre courant pour que certaines consciences réalisent qu’elles se laissent porter dans le même sens depuis trop longtemps.
      Bien entendu, le new age et tout comme les religions sont des soutiens basiques lorsqu’on commence à vouloir comprendre la vie autrement. Tu parles d’indépendance et je te rejoins-là, peu importe depuis quel mouvement de pensée on s’est élevé, l’important est de trouver sa propre voie. Quoiqu’on puisse lire ou écrire, on reste maître de soi-même.
      Bien à toi.

  2. olivier

    Merci merci pour ce regard acéré et décalé, qui se permet d’aller plus loin sur des notions qui sont peu abordées et qui constituent des non-dits, que l’on retrouve même chez les chercheurs qui sont passés au-delà du new-âge; j’aime votre style. Allez-voir du côté des gnostiques et creusez la notion de transfiguration (une des pépites ultimes à trouver sur le chemin…): garanti 100 % “anti-brossage de l’égo, eheheheeh…
    En unité,

    Olivier

    1. Bonjour Olivier,
      Merci pour ton encouragement. Les gnostiques ont effectivement certaines notions intéressantes à développer pour soi-même.
      Bien à toi.

  3. Myriam

    Merci pour cet article et je fais partie de ceux celles qui ont été dupées, trompées par le new age. C’est un truc que je pressentais et j’ai eu confirmation de cela avec Cameron Day :) puis d’autres ont suivi ! Tu dis qu’il y a de bonnes choses dans le new age, dont le reiki. Eh ben même pas ! lol pour ça aussi je me suis faite avoir ! ;) j’ai passé mes 3 premiers degré, et c’est là où j’ai commencé à sentir anguille sous roche, toutes cette pompe à fric et à énergie ! Les entités avec lesquelles vous vous connectez au moment du soin, vont vous faire du bien pour que vous y preniez gout, mais un jour vous paierez le prix très cher ! Satan est très imaginatif pour ratisser large et attraper le plus d’âmes possibles… ce qui existe version matériel existe aussi version spirituel, et est incarné par le new age. Ceux qui n’ont pas été attrapé par la matière en ne devenant pas de furieux consommateurs le sont en adhérant à la pensée unique qui ne sert qu’à nous lobotomiser. Là oui, en voyant de plus en plus de gens parler de fausse lumière je peux constater que là il se passe enfin quelque chose et que le monde se réveille ! Mais bon, force est de constater qu’on ne sera pas nombreux au final ! Beaucoup d’appelés, peu d’élus. On ne dira pas qu’on n’avait pas été prévenu ptdr Et tomber, chuter, se faire avoir, mais avoir le courage d’en sortir, et l’honnêteté de le reconnaitre qu’on s’est planté en beauté, c’est peut être ainsi qu’on aura une chance de sortir de cette matrice un jour ! :)

    1. Coucou Myriam,
      Merci pour ton joli message. Je prends un moment pour te répondre à propos du reiki. J’ai personnellement passé ma maîtrise du Reiki Usui de la façon la plus proche de laquelle elle était enseignée à l’époque de Mikao Usui. C’est à dire, sans enseignement aucun à propos de quelconques maîtres ou entités, sans aucune connexion à quoique ce soit. La pratique du reiki dans sa forme toute basique est purement énergétique. Il y a quelques supports sous forme de symboles qui n’ont qu’une valeur psychologique pour aider celui qui les utilise à lâcher prise (un genre de placebo si je peux utiliser ce terme). L’un des premiers enseignements est que tout le monde utilise cette énergie plus ou moins inconsciemment, ne serait-ce que lorsque tu te fais mal quelque part et que tu as le réflexe d’y poser la main. Malheureusement, beaucoup, BEAUCOUP d’enseignants ont au fil du temps modifié cette méthode de soin à leur sauce, y injectant des croyances qui n’ont pas lieu d’être, et certains se sont même amusés à lancer d’autres courants qui deviennent à tendances sectaires, pour leur propre business. C’est un peu le lot de tout ce qu’on peut trouver de bien en ce bas monde, malheureusement. Et je déplore que ce soient ces mouvements fallacieux qui dominent dans la conscience des gens.
      Bien à toi!

Laisser un commentaire